- Radio Alger-

Petits instantanés radiophoniques. III


par Jacqueline Blanc



Et le reste de la journée sur Radio Alger?


Le reste de la journée radiophonique se déroule avec des émissions diverses, bulletins météo, autres journaux d’informations, diffusion de disques à la mode, pages spectacles, émissions théâtrales, émissions poétiques, sportives, musicales etc.… L’antenne n’est pas en continu puisque la Métropole prends le relais plusieurs fois par jour.. Bien évidemment, les émissions varient au cours des années, la grille des programmes est « relookée » à chaque rentrée, mais certaines émissions ont marqué plus que d’autres…
Et des speakers aussi…

Petit aperçu des années cinquante.



Premiers arrivés derniers partis, les speakers :  
Leur rôle est très important. Aux débuts de la radio, ce sont eux qui lisent le bulletin d’information avant que les journalistes ne s'emparent totalement du micro avec le Journal Parlé. Puis leur rôle évolue et consiste à assurer la liaison entre les émissions, présenter les participants et animateurs, lire le bulletin météo.
Dès la mise en service de la maison de la Radio Télévision en Algérie du boulevard Bru, la rédaction de ce qui s’appelle désormais France V déménage et laisse les studios de la rue Hoche aux émissions artistiques et de variétés.
Il y aura alors chaque jour deux speakers (ou speakerines) de permanence, le premier rue Hoche pour assurer les liaisons entre les émissions artistiques et le (la) second(e) boulevard Bru qui participe au journal parlé. Leurs journées sont longues. Lever très tôt pour être là avant l’ouverture de l’antenne à 6h30 avec la Marseillaise du matin qui précède les programmes sur chaque radio française . Coucher tard pour faire la fermeture d’antenne avec la Marseillaise du soir.
Les deux sœurs, Suzanne Viennet et Andrée Remaud, et aussi Henri de Camaret (dit Henri Maret), André ??? Franceschetti, René Soyer.
Tous étaient des voix célèbres en Algérie.
 

***


Le Service Variétés:

Allers retours Paris /Alger - Alger /Paris ...
Le service variétés de Radio Alger est dirigé dans les années 50 par
Jacques Bedos.
Né à Paris en 1918, bien que sa famille soit établie depuis longtemps en Algérie puisque son grand père maternel le député Alfred Letellier (une rue d’Alger porte toujours son nom au XXIème siècle) était né en Algérie en 1837.
Après Paris, Jacques Bedos est scolarisé en Algérie à l’école de la rue Jericho, il a huit ans et c’est sans doute là qu’il acquière ses connaissances en pataouète et en sabir qui lui inspireront toute une série de disques : « Baroufa » « la communion du p’tit » etc… sketches que l’on ne l’on ne mettait pas à portée de toutes les oreilles de l’époque.
Il y eut ensuite un retour à Paris pour quelques années au lycée Carnot, puis un nouveau retour à Alger cette fois au lycée Gautier, ce qui lui faisait dire plus tard qu’il n’avait fait que traverser la rue pour trouver du travail puisque Radio Alger  faisait face au lycée.
Puis c’est l’uniforme : 9ème Zouave d’abord, puis en 42 officier de liaison auprès de l’armée américaine, à la libération il travaillera à la radio à Paris pour les besoins des troupes alliées.
Démobilisé en 46 il revient à nouveau à Alger et reprends son activité à la radio  et c’est toute une série d’émissions : « Les pieds au mur », « Entrez sans frapper » « Histoire de Chanter » et aussi le fameux « Saint-Gléville » (lire CingléVille) qui assurera sa notoriété.
Petit aller retour en Tunisie en 51/52 pour diriger le service variété de Radio Tunis avant de venir diriger celui de Radio Alger, direction qui ne l’empêche pas de continuer à présenter certaines émissions, en réaliser d’autres, être occasionnellement comédien et présenter des émissions en public comme « 6-4-2 » ou il fera venir une quarantaine de vedettes telles que Jacques Brel, Raymond Devos, Dario Moreno etc…
En 61 pour la dernière fois, Jacques Bedos quitte Alger destination Paris où, directeur de production de la firme Polydor, il sera l’un des grands de l’industrie musicale des années 60 à 80, travaillera avec Reggiani, Moustaki, donnera sa chance à Maxime Le forestier, Renaud et bien d’autres.


Les émissions: 
- Le dimanche matin c’est « 
le petit music hall du dimanche » qui est diffusé en direct et en public du cinéma le Paris rue Tancrède. C’est tout juste si l’on ne se bat pas en faisant « la queue » devant le cinéma pour assister à cette émission animée par Jacques Redson et sa femme Jacqueline Dory . Redson est un personnage haut en couleurs, à la Orson Wells, physique imposant et voie grave, plein d’idées et bourré de talent avec un grand sens du rythme qui ont fait de cette émission un succès total. Il reçoit des chansonniers, des musiciens, des vedettes de la chanson de passage à Alger.
Certains le jugent imbu de lui-même… Le succès n’entraîne pas forcément l’unanimité!!!
-
6.4.2. émission de variétés en public de Jacques Bedos qui la plupart du temps n’a rien préparé mais en talentueux virtuose de l’improvisation mène l’émission d’une manière magistrale et pleine d’humour. Il est toujours accompagné du pianiste Martial Ayela et ses musiciens Michel Gésina et Henri Riera.
-
à vot’ bon cœur m’sieurs dames : (au coin de la rue ??)  émission de Max Roire, par ailleurs comédien de la troupe de Radio Alger. Il utilise sa gouaille en l’accentuant beaucoup pour cette émission très Titi parisien
-
L'émission de sport du dimanche : avec Tony Arbona
- Le coin des curieux : Robert Salis venait raconter un évènement étrange, une anecdote singulière. L’émission était très courte durait a peine une minute mais avait un grand succès.
-
La joie de vivre : qui remporte également un très gros succès est en fait une émission importée de France ou elle a lieu sur un plateau télé et que l’Algérie diffuse à la radio puisqu’il n’y aura télévision qu’en 57. Tout ça ne vaut pas l’amour….le grand amour..le bel amour… aujourd’hui la joie de vivre de…


***


Le service littéraire : Est dirigé depuis le début des années 50 par José Pivin venu de France et marié à une jeune femme d’Aïn Taya qui n’est autre que la célèbre Polène qui anime les émissions pour enfants. José Pivin a marqué le service de sa forte personnalité et a donné aux émissions une coloration très «France culture» de haute qualité.
Lina lachgar lui a propose des émission poétiques de haut vol. AL interprète de textes de saint John perse. Très jeune femme qui avait proposé ses émissions à Pivin elle se retrouvera par la suite sur France culture
La policière du dimanche soir : Il se passait des scènes étranges les dimanches soir d’été dans les rues d’Algérie dans ces années là. L’été, lorsque les fenêtres étaient ouvertes, le promeneur pouvait quasiment suivre l’intrigue de la pièce en passant d’une fenêtre à l’autre. Mais il fallait vraiment avoir quelque chose d’important à faire dehors pour ne pas être chez soi l’oreille collée au poste tellement cette émission avait de succès ….les pièces sont des productions entièrement locales. Elles sont écrites par des algérois : un policier et un agent de l’E.G.A (équivalent d’EDF pour ceux qui savent pas)  Jacques Bedos qui est avant tout le chef du service variétés de Radio Alger (et accessoirement l’oncle de l’autre Bedos) en a toujours deux ou trois d'avance et c’est lui qui parfois en assure la réalisation. C’est l'inspecteur Pluvier héros récurrent, qui résout les énigmes avec son célèbre « tiens, tiens, tiens … » aussi célèbre en Algérie que le  « Bon sang, mais c’est bien sûr ! » de Raymond Souplex à la télévision. L’inspecteur Pluvier c’est  Marcus Bloch et à la mort de celui-ci personne ne reprendra le rôle et ce sera la fin de la série radiophonique. En général la pièce est enregistrée avec Bedos en cabine, enregistrement sur disque (ce qui demandait un sans faute) et plus tard sur bande magnétique ce qui permettra un montage après enregistrement. Mais le talentueux Bedos était aussi quelqu’un de très étourdi, il ne préparait pas ses textes, obligeant les comédiens à jouer la pièce en direct, ce qui de nos jours est parfaitement impensable.  

Il y a ceux qui ne sont pas encore célèbres mais qui le deviendront 
:Max Pol Fouchet anime une émission de poésie.
Jean Pierre Elkabach officie comme journaliste correspondant à Oran.Jean Lanzi, Robert Pietri font partie de la rédaction à Alger
Abder Isker à qui l’on devra plus tard en France de nombreuses réalisations télévisées de l’ORTF
Ceux qui n’ont fait que passer pour cause de service militaire, ou de celui de leur mari comme Annick Beauchamp.
Dominique Paturel qui animera entre autre une émission pour enfants avec Eléonore.
Volker bernard ?


Les émissions arabes et kabyles:
Radio Algérie (qui deviendra France V en 1959) diffuse, parallèlement à ses programmes en français, des émissions en arabe et en kabyle.
Dès les années trente  des compagnies théâtrales et musicales se produisent en direct et, comme pour les programmes de langue française, c’est le succès total.
En 43 les programmes de langue arabe et kabyle se voient attribuer une longueur d’onde autonome et prennent leurs aises  dans les locaux de la rue Berthezène laissés libres par le départ des programmes de langue française vers la rue Hoche.
Puis en 48 avec la création de la chaîne kabyle les deux programmes se voient attribuer des longueurs d’onde différente 337m ondes moyennes pour la chaîne arabe et 206m ondes moyennes pour la chaîne kabyle.
Les programmes commencent le matin par une lecture du Coran de 8 à 10 minutes. Quatre « journaux parlés » rythment la journée à 7h30, 13h00, 19h et 20h00. Les émissions ont lieu alternativement en arabe classique ou en arabe dialectal. Emissions culturelles ou de variétés, chants traditionnels, chants religieux, émissions enfantines, disques demandés, sketches, magazines divers et comme sur la chaîne de langue française des émissions théâtrales où s’illustre la troupe permanente de langue arabe de Radio Alger. La chaîne kabyle : C’est la petite dernière puisque née en 48. Ces deux chaînes ont chacune une troupe de théâtre enfantine et les petits comédiens (et des plus grands) s’affairent autour du micro.
Il y en a même qui sont de vraies vedettes.
Photo de la petite Djida

à suivre dans une page spéciale.


Et puis et puis…Ah…Le jeudi, des petits algérois investissent les studios pour participer à leur émission favorite, succès total avec "Polène".

à suivre....

déroulant ???
………..
Il va sans dire que cet écran est à compléter par vos propres souvenirs au fur et mesure qu’ils vous reviendront………….