- Radio Alger-

Petits instantanés radiophoniques. II



par Jacqueline Blanc




 

1956 : Le Bonheur du Jour et le journal de 13 heures.

Dans les locaux de la rue Berthezène, l’unique studio qui a abrité les pionniers jusqu’en 1943 (tous programmes confondus, majoritairement en langue française, mais aussi en arabe et kabyle sur une même longueur d’onde) a été affecté en 44 à la toute nouvelle chaîne arabe puis doublé d’un autre studio pour  la chaîne kabyle créée en 48.
Les nouveaux locaux et les quatre studios de ce qu’on appelle maintenant la chaîne française sont désormais au 10 rue Hoche (donc depuis 43 vous suivez ?)


Le « bonheur du jour » se lève tôt.  
Mais la Marseillaise encore plus, puisqu’elle retentit à l’ouverture des programmes à 6H30 ainsi qu’à la fermeture vers 23h00.


De 8h à 8h30 sur l’antenne de Radio Alger c’est Christiane Delacroix qui a la parole depuis 5 ans (1951) pour un magazine quotidien, plutôt consacré aux dames : "Le Bonheur du Jour" dont elle a imaginé à la fois le titre et la formule.
Le générique c'est "Un américain à Paris" de Gershwin.
Christiane Delacroix  a joué sur plusieurs grandes scènes parisiennes et dans plusieurs films avant de se tourner vers le journalisme à son arrivée en Algérie. Que propose t-elle dans le "Bonheur du Jour" ? Instruire et distraire. Elle voudrait que ses auditrices commencent leur journée dans l’optimisme dans cette époque perturbée.
Elle essaie de choisir, dit-elle, de bons disques, de beaux textes et d’apporter aux femmes d'Algérie des conseils pratiques avec le sourire matinal.
Elle s’est donc entourée d’une pléïade de collaborateurs et collaboratrices spécialisés qui ont ainsi connu leur heure de gloire radiophonique, matinale et algéroise grâce à elle : La parisienne
Suzanne de la Patellière,  l’algéroise Jeanne Brua (mère de notre Jean à nous) de la Direction de la Santé qui apporte une note sociale à l'émission, le professeur Lacroix de la fac de médecine d’Alger, Henri Luccioni qui parle plus particulièrement des enfants.  En cette année 56 il y a quelques nouveaux : Mlle Bernard directrice de l'Institut Ménager, Mme Couadau professeur de couture, Mme Challan-Belval qui nous entretient d'organisation ménagère et Jean Taillandier chef de cuisine au Centre de Formation Professionnelle de l'Hôtellerie qui bien entendu donne recettes et conseils culinaires. Et puis aussi "le mari de Juliette " c’est à dire l’écrivain jean Duché qui malicieusement dans sa rubrique du jeudi, donne le point de vue de l' homme sur la femme.
Ça peut être utile !
Voilà, chacun y va de son petit conseil, de sa petite information et nos ménagères de moins et de plus de 50 ans peuvent à peu près tout savoir sur tout, sans quitter leurs fourneaux et leurs balais.
C’est la libération de la femme qui est en marche…

Merci Christiane Delacroix ! 


Cliquer pour agrandir la photo

Christiane Delacroix devant son micro

 



 

Les News…. 
Bientôt, pour les journalistes, il y aura déménagement dans les locaux flambants neufs de la
  Maison de la Radio Télévision du Boulevard Bru. Ils vont donc laisser les studios de la rue Hoche aux émissions artistiques, mais pour l’instant…

L’émission matinale de Christiane Delacroix, avec ses rubriques et ses différents intervenants, a tellement plu que la direction de Radio Algérie a décidé de mettre en place un journal parlé à treize heures basé sur la même formule.
A l’instar de la RTF, d’Europe 1 et de Radio Luxembourg, c’est une nouvelle conception plus dynamique de la présentation des informations qui voit le jour. (On dit toujours "nouvelles" et l’anglomanie ne sévissant pas encore sur les ondes, surtout pas "news" !) 
Il ne s’agit plus de lire un texte sur le ton un peu sentencieux qui a cours à cette époque. Chaque journaliste, responsable de sa rubrique, présente lui-même au micro en style parlé, le papier qu’il vient d' écrire et qu’il a donc conçu d’une façon très personnelle.
Bref, c’est le journal radio tel qu’on le connaît aujourd’hui qui vient de naître. (et gageons tout de même que l’influence américaine y est pour quelque chose…)
Le public est un peu dérouté au départ par le ton plus décontracté des journalistes, dérouté aussi par l'accent très couleur locale de certains… Et ça, on se demande bien pourquoi !
 

Cliquer pour agrandir

De gauche à droite : au fond, Raymond Tortora, Henri Marais, Tony Arbona, Philippe Louit, et autour du micro : Jacques Leprévost, Marcel Dubosc, Marcel Amrouche (avec les feuillets), Jean-Gabriel Grand, et Jean-Claude Courdy.





On aperçoit les techniciens derrière la vitre de la régie.



Les journalistes du 13 heures en 1956 :

- Marcel Amrouche : spécialisé plus particulièrement dans les questions littéraires et artistiques. A la fois l’un des plus jeunes du service et le plus ancien de Radio Algérie puisque jeune soldat démobilisé il a fait ses premières et ses grandes classes de reporter pour Radio Algérie, un peu partout dans le monde.
En 55 il a publié un très beau volume : "Terre et hommes d’Algérie". Il deviendra rédacteur en chef dans les années suivantes et à Noël 59 la TV France V diffusera un film dont il est l'auteur "La Dernière Marche".

- Jean Lacour : en sortant de l’université est entré à la RTF à Paris en 44 et a collaboré au journal "Le Pays". Spécialiste de politique intérieure c’est lui qui chaque jour informe de l’évolution de la politique française.

- Jacques Le Prévost : tient la rubrique de politique étrangère. A fait ses classes dans la presse marocaine et à Radio Maroc. Connu en Algérie pour son billet du jour.

 - Jean Gabriel Grand : responsable des informations algériennes et des grands reportages.

- Maurice Bloch : Djillelien revenu à Alger via radio Brazzaville. Se  spécialise dans les grandes enquêtes sur l’Algérie avec Marcel Amrouche et Jean Gabriel Grand. C’est aussi l’ami des jeunes puisqu’il anime "jeunesse magazine".

- Raymond Tortora
fait ses premiers pas dans la carrière journalistique de même que Henri Marais.

- Cécile Serre : originaire de Provence, depuis 12 ans à la RTF présente chaque jour les revues de presse avec deux nouveaux : André Lemas et Philippe Louit.

- Tony Arbona : le sportif que tout le monde connaît ici puisqu’il fut l’animateur du tour d’Algérie cycliste. Il est également chef du service sportif de la "Dépêche Quotidienne".

- La rubrique des spectacles est assurée par Christiane Delacroix , déjà titulaire du magazine des spectacles "A l’affiche cette semaine", en plus du "Bonheur du jour" cité plus haut.

Signalons aussi aux deux extrémités de l’Algérie, à Constantine Jean-Claude Courdy et à Oran Pierre-Olivier Martin.

Quant au chef de l’équipe, le rédacteur en chef de la RTF en Algérie, Roland Godiveau, il connaît bien l’Algérie puisqu’il fut étudiant à l’université et effectua un rapide séjour comme professeur au grand lycée d’Alger avant de s’orienter vers le journalisme.

A suivre.....